Ces profs qui ont (un peu) changé ma vie

On a tous connu des profs extraordinaires. Des profs qui dépassaient leur simple rôle de livre vivant, de personnage retombant dans l’anonymat une fois l’année scolaire écoulée. Des êtres humains qui nous ont appris à devenir.

Madame G., prof de Maths en sixième. Elle était petite et avançait en alignant de minuscules pas, les uns après les autres. On avait encore les ardoises à feutres, pour le calcul mental, et à chaque séance ça sentait bon les produits chimiques dans la petite salle du préfabriqué. Un jour, elle était restée m’aider à mettre en équation ma technique de calcul pour la table de neuf. Et ça m’avait fait me sentir si grande, sur le moment, qu’elle m’explique tout ça et qu’on calcule ensemble. Sur l’heure de la pause de midi, en plus.
(Ma technique, si tu veux calculer x*9, ça donne : (x-1)*10+(9-(x-1)). Ça a l’air beaucoup plus compliqué sur le papier que ça ne l’était dans ma tête)

Monsieur M., prof de Maths au collège. Il s’énervait tout rouge lorsqu’on avait de mauvais résultats, qu’on était pénibles ou qu’on ne faisait pas nos exercices ; il disait que lui serait tout de même payé, qu’on était jeunes et imbéciles. Mais il aimait beaucoup chacun de ses élèves, il prenait soin de nous. Avant, il était prof de pâtisserie. Mais un jour, il était passé aux Maths. Ils nous racontait souvent des voyages, ou des choses qui à première vue n’avait pas grand chose à voir avec les Maths. Ils nous parlait du reste, de ce qu’on apprend pas dans les bouquins.

Monsieur L., prof de sport durant tout le collège. C’est lui qui m’a encadré en section escalade, trois ans. C’est lui qui criait quand je réussissais une voie un peu difficile. C’est lui qui a repéré que je traversai une phase très difficile au collège. C’est lui qui m’en a parlé. C’est lui qui en a parlé à mes parents. Et c’est à lui que j’allais parler, lorsque le cœur devenait trop gros de colère ou de chagrin. Je suis retournée le voir en juin : trois ans que j’ai quitté le collège, mais c’est toujours la même chose, quand il m’aperçoit j’ai le droit à son grand sourire.

Monsieur B., prof de Sciences de l’Ingénieur au lycée. Dès le début il m’a intrigué. Il était un peu atypique, plein d’enfants, favorisant le bio et l’équitable -pas courant pour mon lycée. Souvent, il déviait du cours pour nous parler, faire quelques blagues. Pour lui, à partir du moment où on savait ce qu’on voulait, il fallait travailler pour -et pas se tuer à la tâche. Dans son cours, on était très autonome, il nous faisait confiance. C’est lui qui, au retour d’un salon d’orientation, m’a gardée deux heures pour parler de la vie et de l’avenir. C’est à lui que j’en ai le plus dit sur la maladie. C’est lui qui, dans un mail, m’a fait pleurer en m’écrivant : « Continue et change le monde… »

Madame C., prof de Lettres en seconde. Elle a tout de suite senti mon goût pour l’écriture, m’a encouragée à poursuivre. Avant d’envoyer mes textes pour des concours ou appels à textes, je lui faisais relire, elle me les rendait accompagnés de sa belle écriture au crayon de papier. C’est elle qui, en seconde, m’a renvoyée chez moi parce que je craquais, au niveau du corps et de l’esprit. Je ne l’ai eu qu’un an, mais en première et terminale, j’allais régulièrement l’attendre après les cours pour parler un peu. Elle utilise de beaux mots, a des yeux bleus presque transparents, qui te lisent en un regard.

Je suis encore en contact par mail avec quatre de ces professeurs, régulièrement un message part, dans un sens ou dans l’autre, pour prendre des nouvelles et envoyer un sourire. Un prof, c’est tellement plus qu’un simple enseignant.

Et vous, quels profs vous ont marqué ?

Publicités

15 réflexions sur “Ces profs qui ont (un peu) changé ma vie

  1. Je vais reprendre les premiers mots du commentaire de Mésange : »Merci pour tous ceux qui enseignent, c’est effectivement très touchant. Quelque part, une reconnaissance. »
    C’est vraiment un très joli hommage que tu rends à ces personnes. Si tu le permets, je vais dresser également ma petite liste. ;)

    Il y eut tout d’abord Mme C, ma prof de grande section. Je n’ai pas énormément de souvenirs d’elle mais mes parents m’ont toujours dit qu’elle avait été douce et que même si je ne venais pas souvent, elle trouvait toujours de quoi m’occuper (quand tu sais lire depuis deux ans, elle ne peut pas grand chose pour toi).

    Ensuite vient Mme B, prof de CE1-CE2. Toujours bienveillante, elle passait beaucoup de récréations avec moi à parler de ses chats. Elle partageait et partage toujours, je pense, la même passion pour les animaux que moi.

    Monsieur W et Monsieur H, prof d’histoire de 4ème et de français de 3ème. Je les place ensemble car ils sont toujours meilleurs amis et qu’ils ont le même amour que l’enseignement. De vraies perles.

    Monsieur C, prof de SI du lycée. Toujours très gentil, il a su me supporter pendant mes pétages de plomb face à Solidworks. Il m’a énormément encouragé pendant ma mauvaise terminale, a toujours eu une parole réconfortante ou encourageante. Je lui dois beaucoup.

    Cette année, il y a eu Monsieur P, prof de SI. Je ne sais pas pourquoi mais ça a tout de suite accroché entre nous. Peut-être est-ce du au fait que je suis une des rares filles de SI ? ;) Il n’en avait pas eu l’année dernière en tant qu’enseignement du secondaire. C’est le genre de prof à te dire de venir à 7h30 du matin pour t’aider et t’expliquer ce que tu n’as pas compris, à s’arrêter face à ta copie pour te donner quelques astuces, à te conseiller de te réorienter mais en acceptant que tu veuilles réessayer et en t’encourageant dans ce sens. C’est le prof qui ne blâme pas un échec mais qui encourage la réussite. C’est le prof à qui tu rends une copie blanche, les yeux en larmes et qui te répond simplement « tu as essayé, sois fière’. C’est le prof qui t’écoute tout simplement. Une perle, un bonheur de l’avoir. Je pense que la bienveillance vient de la matière ou du fait que les filles sont une rare espèce qu’ils veulent protéger.

  2. You’re lucky to have so many! I only had one professor in college who really impacted me. I had many more in high school and even elementary school. My French is clunky and I couldn’t tell if these were all college professors or not. Either way, very sweet. :)

    • They were « collège » or « lycée » professors, which means I had them between the age of 10 and 17. I think that a teacher impacts you if you let him do so, and as I am a very sensitive personn..

  3. moi aussi, des profs m’ont marqué, ils ont fait de moi la personne que je suis aujourd’hui, m’ont ouvert les yeux sur mes passions, mes points faibles et forts, ils m’ont beaucoup offert sur tous les plans !

    Il y a d’abord eu Monsieur L. professeur de français au collège. Il était détesté de tous les élèves. Imaginez le tableau : on l’a hué quand on a annoncé qu’il était professeur principal de la cinquième trois. Et… j’étais dans la cinquième trois…. J’ai senti mon sang se glacer, le temps s’est arrˆeté, j’ai eu très peur ! En fait, c’était ce genre de professeur qui tenait à faire régner l’ordre dans la classe, ce prof là qui est resté dans l’ancien temps et qui ne comprend pas les élèves d’aujourd’hui…. Il est parti à la retraite, je lui ai envoyé une lettre et il m’a répondu. Sa réponse, je la garderai toute ma vie, très précieusement. Il dit de son écriture fine qui m’a tant touché qu’elle est comme tapée à la machine.

    Il y eu aussi Madame H., en deux ans elle m’a appris à aimer l’anglais. Une rouquine d’Amérique et de Bretagne qui nous a vendu du rˆeve par sa pédagogie et sa gentillesse, on s’amusait bien avec elle. Elle faisait, je me souviens, le concours de la plus grosse pile de punition au dessus de l’armoire avec M. C. et M. P. ; autant dire qu’on en a copié des verbes irréguliers !

    Il y avait encore Monsieur O. au lycée, professeur de français passionné de cinéma, passionné de littérature, gentil, la voix douce et grave, son surnom ? La berceuse ! Il avait des tics de langage et un accent du sud. Au conseil de classe il m’a dit qu’il voulait ˆetre parmi les premiers à acheter mon premier roman. Monsieur, merci. Monsieur, une dernière chose, j’ai eu vingt au bac de français, c’est en grande parti grˆace à vous qui avez cru en ma petite personne !

    Enfin, monsieur D. me laissera un souvenir impérissable de la philosophie : la conversation de café, tout avait l’air si simple et drˆole avec lui. Imaginez-vous donc : nous allons voir l’Art, premier chapitre, l’histoire du rock n’roll, Elvis Presley, Iggy Pop, notez notez ! J’ai rit, j’ai aimé votre voix, votre prestance, merci !

  4. Bonjour Hermine,
    Merci pour tous ceux qui enseignent, c’est effectivement très touchant. Quelque part, une reconnaissance.
    Moi j’ai volontiers remercié ma prof de latin de 6ème quand je l’ai retrouvée des années plus tard : elle me recueillait à son cours tous les lundis après-midi en pleurs à l’idée de devoir passer une semaine en internat et passait souvent un long moment à me consoler.
    Et maintenant… entendre un grand jeune homme ou une grande jeune fille me dire « maîtresse, c’est bien vous? », lever la tête, retrouver un regard, une fossette toujours pas disparue, ce sourire de quand ils avaient 3-4 ans… Zut! la plupart du temps, chercher le prénom, « excuse-moi, je te reconnais mais je ne sais plus ou je ne suis pas sûre… » « Bon sang, mais bien sûr… si je me souviens de toi? Oh que oui! » C’est vraiment à chaque fois un grand, grand plaisir.

    J’espère que tu as bien pris tes marques à la fac et dans ta nouvelle vie de « Grande » : tout un apprentissage avec le bonheur d’être capable de se prendre en charge malgré les difficultés et de se sentir devenir adulte. En préparant sa vie future.
    Je ne doute pas un instant que tu réussiras.

  5. Wow, tu as une belle brochette de profs là !

    Premier abord et je me suis dis « j’ai pas autant de personnes qui m’ont marqué », mais en réalité si :p

    Monsieur T, prof de Maths de la 6° à la 3° qui à su ne rien lâcher à cet élève qui dessinait plus des avions que ce qu’il n’écoutait le cours. Un quarantenaire du sud de la France bien comme il faut, avec l’accent, la BMW et son humour. Avec aussi une réputation qui n’est plus à refaire dans mon collège de Provence, avec ses gueulantes en classe ou a travers tout le bâtiment («  » Oooooohhhhh Crrrétinaaasssse !!! » » mdr) qui calmaient tout le monde quand 1 élève/toute la classe n’en foutait pas une ou manquait de respect. Mais définitivement un bon prof qui savait prendre soin de ses élèves au cas par cas.

    Madame R, prof de Français de la 4° à la 3°. Étonnement si les résultats ne crevaient alors pas les plafonds, c’est bien à elle que je dois ma maîtrise de l’écrit. Une prof à l’ancienne, la 50aine, originaire de Corse, qu’il fallait respecter et que tout le monde respectait , pour les limites, la passion avec laquelle elle enseignait et l’attention pour chacun.

    Madame D.P., prof d’Histoire Géo, de la 2nde à la 1ère ; personnage manquant aussi ! Baraquée, pantalon treillis, le regard sévère et la voix rauque. Premier cours du premier jour de seconde et tout le monde était mis au pli comprenant qu’il allait avoir des cours de qualité, et que son propre intérêt était de travailler, d’arriver à l’heure et d’avoir fait les devoirs. Lors d’une opération du dos elle viendra me voir en maison de convalescence à 300 km de là ^^

    Monsieur Inconnu, prof de philo au lycée ; philosophe en mode cliché avec une longue barbe grisaillante mais assez distant des élève. Probablement le seul prof de mon lycée à avoir su voir la fatigue que j’avais liée à mon handicap. Il a compris de façon bienveillante, ou du moins, bien réagi de façon juste ; en m’épaulant par les quelques délais qu’il m’a laissés pour rendre les devoirs. Je ne m’en suis pas rendu compte sur le moment, énervé d’une période de fin de lycée plus éprouvante que ce que je voulais bien l’admettre ! Je ne sais plus son nom, hélas, mais quelques années sont passées et tout me semble maintenant limpide ;) Un cours ou j’étais motivé à fond :P

    Voila les plus marquants ;)

    • Souvent, on se rend compte que des personnes ont été importantes quelques années après !
      Merci d’avoir partagé tes souvenirs :)

  6. Ça fait plaisir de lire ça quand on est soi-même prof! Merci!

  7. En étant de l’autre côté, tu n’imagines pas à quel point ton post me touche!

Réagissez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s