Le regard de mon grand-père

Cette nuit, j’ai rêvé de mon grand-père, et plus les minutes passent, plus ce rêve me file entre les doigts. Alors j’écris, pour ne pas oublier, pour le garder au creux de mon cœur.

C’était un jour comme les autres, la rue était calme alors que je me dirigeais vers la maison de mes parents. Et il a surgi, ouvert le portail et s’est précipité à ma rencontre. Il était plus grand que dans mes souvenirs, alors je me suis blottie au creux de ses bras en sanglotant presque, la gorge serrée de le revoir après si longtemps. Je retrouvais son odeur, le son de sa voix, son regard vif, celui qui me faisait tant rire, quand il était encore lui même. Dans son dos mes petites mains agrippaient son pull tout fin, je ne voulais pas le laisser partir, peut-être que je savais au fond de moi que tout cela n’était qu’un rêve. Mais je ne voulais pas me réveiller, pas à cet instant. Et très fort, dans ma tête, j’essayais de fabriquer un souvenir, le plus précis et le plus clair possible, pour pouvoir retrouver mon grand-père lorsque les temps seraient durs. On ne sait qu’on a besoin des gens que quand on les perd. J’étais redevenue une petite fille, sa petite fille, et il me caressait les cheveux alors que mes larmes allaient s’écraser au sol. Il n’y avait plus rien autour, juste nous deux, juste nous deux.

Puis il m’a soulevé le menton, m’a regardé et m’a parlé. Le son de sa voix m’a frappé comme une gifle, et a amené son torrent de souvenirs, les Noëls passés chez lui, à la montagne, les marches dans les bois, les deux chiens qui couraient près des arbres fruitiers… Il m’a dit qu’il était heureux de me revoir, qu’il était impatient d’assister à mon mariage, que c’était si important pour lui de me voir heureuse au bras de celui que j’aime. Que ce serait le plus beau jour de sa vie. Et puis j’ai réalisé. Qu’est-ce que je pouvais lui dire ? Est-ce que je pouvais lui dire ? Aurait-il entendu quand je lui aurais murmuré que j’avais rencontré quelqu’un, qu’elle était pleine d’énergie et de passion pour la vie ? Aurait-il entendu, lorsque je lui aurais glissé que j’espérais la revoir, elle et son grand sourire, son flot de paroles presque incessant lorsqu’elle est mal à l’aise et sa passion pour les films un peu différents ?

Et là tout s’est estompé. Je le voyais sourire et s’effacer, doucement, comme si un nuage l’enveloppait pour l’emmener loin de moi. Comme si, quelque part dans l’univers, quelqu’un avait décidé de nous séparer, parce que nous avions épuisé notre temps de parole. Et je n’ai rien pu lui dire, même pas ces petits mots que toute ma vie j’ai voulu lui offrir, ces petits mots qui me brûlent si fort lorsque je pense à lui. Je t’aime, papi. Reviens.

Et je me suis réveillée, dans mon studio, les marteaux piqueurs du chantier avaient repris leur travail, les ouvriers s’interpellaient en criant. Et des larmes silencieuses striaient mes joues.

Advertisements

18 réflexions sur “Le regard de mon grand-père

  1. hello , je crois beaucoup à ce qu’on appelle  » les forces de l’esprit  » . j’ai déja vécu quelques experiences de la sorte . Souvent , nos chers » disparus » viennent lors de moments clés de notre vie …

  2. Je suis certaine qu’il est venu te visiter et te serrer dans ses bras – quelle belle impression cela a du te laisser 😽

  3. je pense que c’est bien plus qu’un rêve que tu as fait . Je suis sur qu’il est venu te rendre visite ;-)

  4. Ca a dû être frustrant … tellement de choses qui s’appauvrissent quand on les met en mots. Mais tu as sauvé l’essentiel des eaux…

  5. J’aime beaucoup cet article ! Il m’a fait pleurer…
    J’ai perdu mon grand-père il y a 7 ans et je comprends très bien ce que tu ressens ! Merci pour ce partage !

  6. Retrouver, même un bref instant, un cher disparu dans un rêve, c’est un cadeau merveilleux et très rare. Puissent ces souvenirs réjouir ton coeur et te permettre d’avancer, jour après jour.

  7. Très bel article, très émouvant… Une très belle déclaration d’amour.

  8. Tu as bien fait d’écrire ce rêve. Il participe à la mémoire de ton « Papi ».
    Très émouvant pour moi qui n’est pas connu le mien de « Papi », ni mon père d’ailleurs.
    Et superbement écrit.

    • Merci beaucoup. Et oui, je me suis précipitée vers mon clavier pour fixer ce rêve, je savais que sinon il allait disparaître, et mes souvenirs s’estomper doucement.

Réagissez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s