Retenir le temps qui passe

Dans un mois, les partiels. Enfin, un peu moins d’un mois.

L’année prochaine, je change d’orientation. La fac, même en dispense d’assiduité, ça n’est absolument pas quelque chose qui me réussit ; comme je vis seule et que ma santé ne s’améliore pas, je passe toute mon énergie dans des choses très basiques mais pourtant essentielles : aller chez ma kiné, faire mes courses, le ménage, la cuisine, étendre mon linge. Oui, ça peut paraître un peu ridicule, mais je te promets qu’après avoir étendu une lessive, j’ai mal de partout et je ne suis bonne qu’à aller me coucher. Alors dans ces conditions, pas très facile de travailler.

L’année prochaine, je quitte donc Lyon pour retourner dans ma famille et commencer des études à distance en psychologie.
Oui, mais voilà, il faut bien terminer cette année avant d’en commencer une nouvelle.

Et beaucoup trop de choses me tournent dans la tête.
Être en dispense d’assiduité, c’est un peu compliqué, surtout quand tu es souvent en crise et que tu dois récupérer des cours toute seule. D’ailleurs je te ferai une vidéo là-dessus, un jour, pour t’expliquer comment ça fonctionne.

Que j’aie mon année ou pas, cela ne change rien : je ne compte pas demander d’équivalence pour cette nouvelle orientation. Alors pourquoi me stresser ?
Parce que je n’ai pas envie de me retrouver face à un relevé de notes catastrophique qui me mettrait un énorme coup au moral, et que je sais très bien que je n’ai pas le niveau pour avoir mon année.
Alors je me pose la question : est-ce que ça vaut la peine d’aller passer mes examens, de m’infliger autant de stress et d’angoisse ? Est-ce que je dois me forcer à affronter durant plusieurs heures un sujet que je ne maîtriserai pas ? Peut-être que tu me répondras que oui, parce que sinon je n’aurai rien à faire et je deviendrai un petit légume jusqu’en juin.

Mais j’ai l’impression que c’est le contraire qui est en train de se produire.
Lorsque je suis en crise, comme aujourd’hui, je culpabilise de ne pouvoir avancer sur mes cours et je ne m’autorise pas à me détendre en faisant autre chose. Alors je tourne en rond et je me fais des nœuds dans la tête.
Et quand je ne suis pas en crise, je travaille et je m’effondre en voyant toutes ces pages de cours et de choses à connaître, j’ai l’impression que rien n’entrera jamais dans mon esprit.

Alors je ne sais que faire. Que dire. Et je reste là à souhaiter très fort que le temps s’arrête et que jamais ne vienne la période des examens.

Advertisements

41 réflexions sur “Retenir le temps qui passe

  1. Coucou!
    Je viens de découvrir ton travail grâce à ta super vidéo sur les transports communs.
    J’ai une myofasciite à macrophage, beaucoup de fatigue et de douleurs. Je compatis totalement, le ménage, étendre le linge etc c’est épuisant!! Perso, je demandais à ma famille de venir de temps en temps m’aider pour laver le sol par exemple.
    Comme toi j’ai fait psycho, il faut que tu t’accroches car les places sont chères surtout pour accéder à un master 2. (mais, je ne sais pas comment ça fonctionne à distance.) J’ai fait mes 3 années de licence de psycho à Paris 8. On n’avait pas beaucoup de cours, pas de TD à travailler, juste nos cours à apprendre (voire à compléter). J’habitais juste en face de la fac ce qui me permettait de faire des sièstes les jours de pauses. Comme je ne peux quasiment pas écrire, j’ai eu une preneuse de note pendant c’est 3 années et je passais mes examens sur PC. Tout c’est très bien passé.
    Puis j’ai changé de fac pour faire mon master 1, je suis partie à Lille et là tout c’est compliqué. J’ai tenté de faire cours, stage et mémoire en 1 ans. Au bout de 3 mois j’ai lâché le stage et le mémoire. Les cours demandaient énormément de travail. Du coup, j’ai fait un étalement d’étude pour faire mon master 1 en 2 années.
    A présent, j’ai la chance d’être admise en septembre dans le M2 de neuropsychologie à Lille. Je vais aussi le faire en deux années. Au total, 7 ans de psycho au lieu de 5, mais davantage de temps pour ma santé, pour m’impliquer et pour apprendre. Je sais que je ne pourrais pas travailler à temps plein mais au moins, je ferais un boulot qui me plait à mi temps!
    Comme j’ai du mal à me lever pour travailler chez moi, j’ai préféré le présentielle à l’IED. Au moins je me forçais à aller en cours.
    J’espère que tu arriveras à aller jusqu’au bout! Ne lâche rien!

  2. Bonjour Hermine,

    Je ne sais pas si tu te rappelles mais nous avions déjà échangé en 2014 sur l’orientation aux niveaux des études, les choix à prendre.

    Si ça peut te rassurer, j’ai raté mon bac et j’en suis sorti plus grand l’année d’après. Beaucoup moins stressé, j’ai réussi à avoir mon bac.

    L’année d’après, à moi la vie étudiante, mais dans une filière qui ne me plaisait pas. La formation que je suivais ne me plaisait pas, à un point que mes résultats étaient incroyablement bas (2 en mercatique, je cherche encore comment j’ai pu flirter avec la bulle).

    Quand j’ai su en mars que j’étais pris l’année d’après dans un autre DUT, plus à mon image, je ne suis pas allé aux partiels du 2ème semestre, j’ai pas validé mon année.

    J’avoue qu’après ma première terminale et ma première année d’études supérieures et ces deux échecs, niveau estime, tu prends une claque.

    Deux ans après, j’étais major de promotion de DUT. Comme dirait Nike, nothing is impossible, tu sors plus grand de ces expériences.

  3. Bonjour,Hermine. Excellente question que tu poses, et que tu te poses.
    Excellente question, qui pourra servir à une amie dans le même cas que toi.

    Mon sentiment personnel (après à toi de faire ce que tu pourras et voudras).

    Attends les partiels sereinement. Profite comme te le disent beaucoup de tes moments de libertés et de « détente ».

    Mais essaie de passer ses partiels. Ne reste pas sans achever cette année qui t’appartient.

    Et ne te préoccupe pas du résultat, quel qu’il soit. (je suis d’ailleurs certain que tut t’en sortiras très honorablement.

    Passe ces partiels, les éventuels partiels complémentaires, et range tes notes, afin de pouvoir achever cette année sans regrets.

    Le résultat, le relevé de notes est sans importance.En revanche, finir la tâche que l’on s’est fixé apporte une satisfaction immense.

    Sinon, un jour tu pourrais regretter de ne pas être allée jusqu’au bout, et même te le reprocher.

    Encore une fois le résultat n’est pas important, ce qui compte c’est de participer (Coubertin).

    Bises, Bruno

    ps : le 12 mai nous serons devant le ministère de la santé à Paris. Même si c’est pour la fibromyalgie, profitera de notre action. Nous demandons en effet une cohorte (qui va être mise en place pour la forme de SED vasculaire au fait). Je crois que si nous réussissons à nous faire entendre les résultats profiteront à tout le monde.

    http://fibromyalgie-12mai.ringconcept.fr/12-mai-entretien-avec-le-ministere-de-la-sante/

  4. Hermine n’y va pas, ce ne sera pas un aveu de faiblesse. Prend toi des bouquins de psycho. Donne toi l’impression d’avancer. Tu fais de ton mieux CE N’EST PAS DE TA FAUTE C LA MALADIE.

    • Je voulais rajouter , tu as droit à une aide ménagère , moi je lui fais étendre le linge, (même si elle croit que j’ai juste la flemme), les courses , les sols… Ça change la vie.

    • J’y ai pensé, je pense que je verrai tout ça lorsque je retenterai la vie seule. Merci de la suggestion !

    • Merci de ton soutien..

  5. Non mais sérieux ta fait le plus dur c’est bientôt fini et tu abandonnes t’a pas honte de laissé tomber si proche du but bouge toi un peu merde !

    Sérieusement cette réflexion au dessus que tu dois plus ou moins avoir est Complétement idiote dans ton cas ça va pas te servir a grand chose et ça va te faire du mal si tu t’infliges ça . Repose toi autant que tu en as besoins lache les révisions profite du temps que t’a pour sortir si tu peux, ne pas te prendre la tête ,allé au ciné, voir des expos, je sais pas y a plein de truc a faire a lyon je suis sur t’a pas encore fait et que tu voudrais faire .

    Perso ça fait 5 ans que je suis dans la même fac et sans les contraintes que tu as je n’y arrive pas j’ai même un deug c’est dire . Faut pas te morfondre sur un « échec » qui en est même pas un a mon avis
    on est nombreux a ne pas réussir a la fac pour énormément de raison faut vraiment pas t’en vouloir pour ça ce n’est rien qu’une petite année t’a 18 ans t’a le temps de voir venir de changer rechanger d’orientation si tu le veux ou mettre 5 ans pour avoir une licence c’est rien chaque année de servira de toute façon .Après faire par correspondance faut pas oublié de sortir de faire des activités ailleurs qu’a la maison voir des gens je sais pas tu peux prendre des cours de jardinages ou de coutures en groupes !

    (Tes cours / livres tu les a plus ou moins pas besoins de les apprendre tu pourras toujours prendre du temps plus tard pour les lire pas besoin qu’un prof te notes sur tes connaissance sur le sujet )

    j’ai beaucoup écrit je sais pas si je suis claire et si je fais passé le message que je veux faire passé e, plus ça doit tellement être truffer de fautes partout partout (désolé)!

    En tout cas prend soin de toi laisse les contrariétés de la fac pour le moment prend du temps pour ton corps et ton esprit ! Et surtout dit toi ce que les autres veulent c’est que tu ailles bien surtout je penses que toi seule tu te mets la pression pour un bout de papier c’est rien ça et t’es même pas obligé de le voir !

    aller sur ce ciao ciao .

    Mlr.

    • Je dois t’avouer que j’ai eu super super peur en lisant la première partie de ton mail.. Mais en fait non !
      Alors merci de ton long message, maintenant ma décision est prise. Je vais faire à mon rythme et avancer comme je peux avec les projets qui sont à ma portée.
      A tout bientôt !

    • Si t’a eu un peu peur au début je suis content c’était plus ou moins le but j’aime bien faire des ptits trucs comme ça :p (je suis un peu méchant ?) ça attire un peu l’attention et ça sert le propos ici du moins .
      C’est bien en tout cas d’avoir pris cette décision prend soin de toi !

      a la prochaine ciao ciao.

      Mlr.

  6. Coucou ma Jolie!

    Tout d’abord, je commencerai par un câlin virtuel *grooooscalin*
    Pour moi, ça ne fait aucun doute, tu ne dois pas te stresser avec les examens, ne pas y aller. Ce n’est pas un échec du tout, c’est juste ne pas s’imposer une contrainte inutile.
    Tu as fait du mieux que tu as pu cette année, c’était le destin, ça t’a fait rencontrer des personnes, connaître tes limites, aller sur la voie de la psychologie (hiii j’aimerais trop être ta patiente, rien que ta douceur me mettrait du baume au cœur!).
    Alors cette année était indispensable, mais ce que la vie attendait de toi c’était que tu en tires des leçons qui participeront à ta construction, pas le relevé de notes de la fin.

    Vraiment pour moi c’est évident, qu’au lieu de te stresser tu devrais te chouchouter pour te féliciter d’avoir tant donné, et penser à ta nouvelle vie qui sera passionnante!

    Gros gros bisous !

  7. Anne-Suzanne

    Bonsoir Hermine,

    Ce n’est pas pour te décourager, mais étant moi-même atteinte du SED, je suis aussi passé par là ! J’avais très peur, à force de m’être acharné je me suis finalement fatiguée encore plus, du coup, je n’ai validé que ma seconde, et j’ai du quitté ce que j’aimais faire ! Ce n’est peut-être pas la même chose, mais je crois que en ayant ce syndrome, il y a forcément quelque chose à laquelle on tient , à laquelle on veut réussir, qu’on doit sacrifier, parce-que sinon, c’est nous qui en prends , et je crois que toi et moi, on sait ce que s’est ! Néammoins, il y a d’autres portes qui peuvent s’ouvrir, pour moi, même si ça à été difficile au début, j’ai quand même pu, faire une de mes passions, la peinture ! Je vends mes toiles, un peu lentement, je vais au rythme que la maladie m’impose, mais ça fonctionne très bien, les gens sont compréhensifs, et ça me permet de ne pas rester inactif quand-même. Voilà, je sais pas si ça va t’encourager, il faut garder espoir en tout cas, ce n’est pas par ce qu’on a un handicap, qu’on ne peut pas, on peut , mais on est juste limité sur certaines choses. Prends soin de toi.

    • Plutôt que de me décourager, ton message me donne de l’espoir ! Même si c’est à ton rythme et parfois tout doucement, tu fais ce que tu aimes et tu aimes la vie que tu mènes.
      Parfois c’est ce qu’il m’arrive, je me fatigue en essayant d’atteindre un but trop lointain, et je le paie ensuite. Alors je vais prendre mon temps et avancer en m’écoutant, je trouverai bien que faire :)

  8. Un relevé n’est qu’un papier. Et quel importance a un simple papier si on n’en a pas besoin ?
    Je vois cette année comme une déviation de la route qui t’as permis d’en apprendre plus sur toi, les autres et la vie. Tu t’apprête maintenant à reprendre la route principale, bordée de fleurs, baignée de soleil et peuplée d’amis, avec, en toi, une expérience de vie inestimable. Je ne vois aucun échec dans tout ça, bien au contraire ! La vie est trop courte pour ne pas se concentrer ce qui nous fait du bien. Sois heureuse, belle Hermine, et n’hésite pas à choisir la voie qui te fait du bien.

    • Cette année n’est pas un échec, j’en suis convaincue. Et mettre des mots sur ce que je ressens, avoir des retours et échanger avec des personnes m’a vraiment permis de voir clair dans tout ça.
      Alors merci de tes mots ♥

  9. <3 (C'est pas un échec, c'est juste un changement de méthode pour atteindre les mêmes objectifs. Une manière de vivre plus en paix avec toi-même. Ne t'enfermes pas seule, des bisous.)

  10. Coucou Hermine!
    Mon message ne t’apportera pas de réponses, car tu poses le problème de ta décision (comme le disait si justement Bulle d’O).
    Cependant, il faut, selon moi, « faire au mieux selon le moment présent.  »
    C’est LA règle que je me suis donnée il y a quelques années.
    Avec ça, pas de regret, pas de pression. J’ai fait une année de licence par correspondance, j’ai eu des relevés catastrophiques, j’ai été au rattrapage pour deux matières, mais je l’ai eu. (je te passe le contexte d’étude à la maison ^^). Résultat? Ben je suis contente. J’ai souffert, certes, mais je l’ai eu. Et si je ne l’avais pas eu? J’aurais essayé, « fait de mon mieux à ce moment-là ».
    J’ai échoué sur d’autres choses, mais c’est que je ne pouvais pas faire mieux. Ce n’était pas le bon moment. A toute mauvaise chose il y a quelque chose de bon (voire de meilleur) qui arrive. Donc, quelque soit ta décision et ta façon de prendre les choses, avec le recul, tu pourras te dire que tu as fait ce qu’il fallait…
    En tout cas, suis de tout cœur avec toi, courage! :D

    • Merci beaucoup de ton soutien, peut-être que tu ne t’en rends pas compte, et que par extension toutes les personnes qui m’envoient des messages sur l’internet ne s’en rendent pas compte, mais ton / votre présence est fantastique !
      Ta règle est parfaite, je vais te l’emprunter à partir de maintenant ! :)

  11. Bonjour Hermine,
    Continuez tes études si elles ne te disent plus rien ne sert à rien.
    En ce qui concerne le fait de vivre seule et que ça t’épuise en plus des études, j’ai fait un ERASMUS début d’année et j’ai vécu 6 mois seule dans un studio. Ce qui m’a beaucoup aidée à ce que je ne vive pas ce que tu vis, c’est que dès le premier jours, j’ai eu des voisins géniaux qui m’ont préparé mes repas tout les jours (sauf un jour où c’était moi) et on mangeaient tous ensemble. Ils allaient faire mes courses pour moi et venaient parfois m’aider pour le ménage. La responsable courrier de ma résidence m’a donné des coup de main pour la lessive. Tout ce qu’il me restaient à gérer en plus du SED, c’était la kiné, les cours et la cuisine une fois par semaine. Du coup, j’ai moins senti la lourdeur de vivre seule avec le SED et de devoir tout gérer. Je pense qu’avec le SED quand on est aux études, on a besoin de recevoir des aides dans la vie de tout les jours pour y arriver.
    En attendant la rentrée de septembre, repose-toi bien et ressource-toi pour pouvoir reprendre ta nouvelle année (même si c’est en cours par correspondance), en pleine forme et remotivée :D

    • Je suis complètement d’accord avec ce que tu dis, et je pense que c’est ce qui m’a manqué. Mon indépendance est très chouette, mais un peu moins lorsque je m’épuise à faire toutes ces choses de base. Alors je retourne dans ma famille, même si ça n’est qu’une année, pour m’épargner tout cela et être entourée au quotidien. Mon rêve serait une coloc avec des gens chouettes, et de l’aide lorsque j’en ai besoin : je trouverais bien cela un jour, comme tu l’as un peu vécu !
      Merci de ton message :D

  12. coucou Hermine, je suis moi aussi à la fac et je me retrouve dans la même position que toi, je m’oriente en psycho l’année prochaine et je me demande si je doit passer mes examens :) c’est assez compliqué mais je pense les passer même si je sais que je n’aurais pas mon année mais je souhaite terminer quelque chose avant d’en démarrer une autre. Prend la décision qui te convient le mieux pour ta santé et ne culpabilise pas si tu ne les passes pas, ce que tu aura appris sera un plus pour la psycho et ne sera pas perdus ! Bon courage :)

    • Oui, quoi qu’il en soit cette année n’aura pas été perdue !
      Plein de courage à toi aussi, je t’envoie des ondes positives pour tes examens :)

  13. Choisir ou non de passer les examens, c’est quelque chose de personnel, on ne pourra sans doute pas t’aider… Par contre, à mon humble avis, ce serait bien que tu finisses ton année de cours, que tu ailles dès que c’est possible : youtube, les balades quand tu peux, c’est très sympa ! Mais ça ne remplacera jamais le contact humain, puis… C’est agréable d’apprendre des choses que l’on aime ! Je suis en dispense d’assiduité aussi, c’est pas toujours simple à gérer comme situation !

    • Même si je ne me rends pas aux examens, je continuerai à étudier, c’est certain ! L’anthropologie est une matière si passionnante :)

  14. Coucou Hermine!
    Ton billet me touche beaucoup, car je comprends bien ce sentiment de tiraillement, la volonté de « finir quelque chose de déjà commencé » et à la fois le corps qui décide de ne pas suivre.
    Je le comprends car je connais des proches qui sont parfois dans cette optique, de vouloir finir. Toutefois, je suis dans des optiques souvent différentes (la force de l’impulsivité, peut-être? :), car je n’ai pas de remords à abandonner. J’ai abandonné le conservatoire de théâtre, parce que j’y étais très mal. Une fois la structure quittée, je me suis sentie très légère. D’autres optiques se sont ouvertes, d’autres priorités. Et finalement, réorienter ses priorités, ce n’est pas abandonner, c’est avoir conscience de ce qui compte, pour soi!
    Je t’offre tout mon soutien, même si nos réactions sont très différentes, et comme le dirait ma mère : « à l’impossible, nul n’est tenu » !

    Des bizoos :)

    • C’est compliqué, parfois, de se faire passer soi avant ce que les autres attendent de nous, et je pense que je suis dans cette période de transition.
      Merci de ton message ! :)

  15. Vous faites déjà tellement, vos articles sur ce site, vos vidéos postées …Si revenir dans votre famille est un bien pour vos études, pourquoi pas !!!! Vous êtes jeune, intelligente et pleine d’avenir, et l’étude de la psychologie vous conviendrait parfaitement. Votre performance est d’être qui vous êtes, c’est à dire une personne honnête et sincère. Hermine, vous êtes indispensable dans ce monde, suivez votre route….

  16. Le temps ne s’arrêtera pas… Et rien n’est grave. Tu as pris la décision de changer d’orientation et de prendre des cours par correspondance, c’est sûrement le mieux pour toi puisque c’est TA décision. Tu vas faire de même concernant le passage ou pas des partiels de fin d’année :-) Bises et prends soin de toi !

  17. doucebarbare

    Coucou!
    J’ai eu un problème un peu similaire il y a peu lors de ma formation de médiatrice familiale. J’ai mis du temps à le décider mais finalement en accord avec les médecins, formateurs…j’ai passé l’éponge.
    Je ne le vois pas comme un échec car cela m’a apporté beaucoup autant au niveau connaissance qu’au niveau personnel.
    C’est bête à dire mais si te forcer te rends mal et encore plus mal est ce que le jeu en vaut la chandelle surtout que tu ne reste pas sans rien faire mais que tu as déjà un projet bien établi pour l’an prochain.

    Est ce que tu apprécierais de pouvoir avoir un peu plus de temps pour toi de temps pour vivre tes crises?

    • Oui, c’est quelque chose qui me soulagerait énormément, de ne pas avoir à culpabiliser, de savoir que je ne perd pas de temps lors de mes crises.
      Alors je pense que la décision est vite prise..

    • doucebarbare

      Alors oui tu as ta réponse et c’est la meilleure puisqu’elle t’apporterait du mieux être.

  18. Moi Hermine, pour avoir vécu quelque chose de très semblable… je te dis d’abandonner ton année. Maintenant.
    Ton relevé de notes ne sera pas catastrophique : tu n’auras simplement pas terminé. Je veux dire… je ne sais pas comment fonctionne l’endroit où tu étudies, possiblement qu’un abandon avant la fin te laisse avec les notes déjà enregistrées, ou avec la mention « échec » plutôt que « abandon ». Mais TOI tu sauras, toujours, que ce relevé de notes est bidon.
    Aller à tes examens, perdre de l’énergie à potasser pour un truc qui ne t’emballe plus, alors que tu dois te préparer à déménager, et que déjà, ça, je le sais pour l’avoir vécu, c’est dur sur le moral… Je t’encourage fortement à suivre ton coeur (enfin, c’est ce que tu sembles avoir envie de faire, à lire tes derniers paragraphes).

    Bon courage xx

    • Si j’abandonne maintenant, enfin, si j’arrête, je serai défaillante. Mais je suis déjà défaillant au premier trimestre à cause de quelques matières, alors si je veux terminer mon année il faut en plus que je passe les rattrapages en juin, alors ça n’est pas seulement un semestre que je dois réviser mais deux..
      Et oui, j’ai vraiment envie d’arrêter, mais c’est encore compliqué de me l’avouer. Enfin, cet article est un début.
      Merci de ton message ! xx

  19. Bonsoir Hermine,
    Je ne crois pas t’avoir déjà écrit mais je suis abonnée à ton blog depuis peu. Mais là, j’ai eu une irrésistible envie de te répondre et tout de suite pour te dire « STOP » et « ENJOY »…je détaille le fond de ma pensée ou plutôt de mon ressenti : tu n’as pas besoin de passer ces examens puisqu’ils ne t’apporteront rien de plus (et peut-être du moins) et il te reste quelques semaines à vivre dans ton petit chez-toi en ville alors profite à fond de cette expérience et te promenant un peu quand tu le peux, en te chouchoutant pour te préparer à ta future orientation et surtout à récupérer physiquement.
    Voilà, c’est mon avis de maman qui a une fille qui prépare son bac à la maison (suite à des soucis au lycée) mais qui ne lui dit pas, à elle, de laisser tomber ses révisions (mais c’est l’étape du bac qui est quasi-indispensable pour la suite) mais malgré tout, je ne lui mets pas la pression.
    Donne-nous de tes nouvelles car te lire me fait vraiment plaisir et du bien.
    Bonne soirée et range-moi vite tous ces vilains cours ;-)

    • Ton commentaire me fait vraiment du bien, tu dis ce que je pense tout au fond de moi mais que je ne réalise pas encore.
      Plein plein de courage à ta fille, le bac c’est une période un peu stressante à passer mais une fois en poche un soulagement énorme !

Réagissez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s